Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une Date à Paris

Publié le par Red Cardell

Pour un groupe le passage à Paris est disons, incontournable. Paris, la province, toujours cette petite rivalité inscrite dans les gênes depuis la nuit des temps et les relations particulière entretenue entre l'état qu'il soit monarchique ou républicain et la Culture... Depuis 20 ans, nous avons régulièrement joué dans les salles de la capitale, Elysée Montmartre, Divan du Monde, Glaz art, Maroquinerie, Batofar, Café de la danse, Entr’pot, Bataclan et cigale pour toutes les citer. A chaque fois nous mesurons le peu de connaissances que nous avons des réseaux professionnels, et la difficulté de pouvoir communiquer. Pourtant, cela ne nous empêche pas de travailler, de mener des projets et de beaucoup jouer.

redcardell-flyer_paris.jpg

Il y a donc certainement un décalage lié au vocabulaire, à la manière dont nous devons apprendre à traduire la démarche artistique du groupe. La Bretagne est une terre de musique depuis les années cinquante, le travail de Loeiz Ropars pour les festou noz, puis ensuite la fusion rock folk de Stivell qui conduit à l'émergence de tout un réseau de cafés concert en Bretagne où vont se produire tous les groupes de ces vingt dernières années, de Couture, Lacombe Asselin, à Louise Attaque en passant par La Mano et les groupes alternos des années 80. Cette effervescence musicale conduira à la naissance de gros festivals Rock comme Art rock ou les charrues et l'évolution des festivals historiques de tradition populaire comme les Cornouailles. La musique est vivante, structurée et surtout plutôt variée. Nous, musiciens locaux, avons bien sur bénéficié de cet élan, et avons beaucoup de chance, justement, de s'appuyer sur un tel réseau pour mener nos projets. En même temps nous sommes un peu frustrés de communiquer difficilement au delà de ce périmètre. 

Pourquoi ? Peut être justement que ce rapport province Paris, n'est pas encore assimilé, compris.

On remarque que les gros festivals qui sont eux reconnus, ne parviennent pas non plus à jouer le rôle de levier qui pourrait permettre une diffusion plus large d'artistes qui ont contribué à leur développement.

  • Affiche98.jpg
  • 1998 :Cardell, Squiban, Rolland Becker, Matamatah, Bagad Kemper sur la grande scène...

Par contrainte économique, certainement d'une part, et aussi comme le soulignait dernièrement Nolwenn Korbell sur France 3, une certaine frilosité à mettre en lumière cette scène locale d'autre part.C'est intéressant parce que l'on retrouve un peu cette idée partagée par toute une génération, celle de mes parents par exemple, de l'inutilité de transmettre la langue bretonne à ses enfants dans les années 50, ce coté d'une recherche de l'émancipation qui ne passerait pas par la reconnaissance d'une tradition musicale toujours plus vivante.

En témoignent les succès récurrents d’œuvres s’appuyant plus sur l’image d’Épinal, des côtes granitiques, du vent, de la mer, des légendes et de l’alcool selon des formats déjà existants à la fin du dix-neuvième siècle. Beaucoup d’acteurs aussi bien dans les arts plastiques, le cinéma, ou la musique, vivent difficilement ce décalage entre réalité et fantasme.

Le phénomène mérite d'être étudié, car il est certainement plus complexe, surtout depuis le boum technologique traduit par les smart phones ou les réseaux sociaux.

Nous sommes nombreux en tout cas à se poser ces questions et échanger de plus en plus sur des sujets concernant notre profession et le boulot fait sur le terrain afin de mesurer le niveau de distorsion entre communication et poids économique réel, droits, redevances, décentralisation etc.… Un vrai chantier !

C'est d'ailleurs de là qu'une nouvelle dynamique peut naître.

Alors Paris, c'est quand même de sacrés souvenirs, les festou-noz de l'Elysée Montmartre, un Pollen de Foulquier au divan du monde avec Galliano, Portal et Leprest, un Bataclan à bloc en première partie de Merzhin.  Et puis c’est une très belle ville.

 

  • Montand avec Henri Crolla son guitariste 

Là c'est la Boule Noire!

A demain

 

 

 

 

Commenter cet article

yvonne guyomarch 13/12/2012 20:26

Bonjour les red Cardell et bon anif.J'ai fèté aussi en musique les 20 ans de ma crèperie;et la crèpe de l'année s'appelle:"sijecalejecoule"ça été un gros succès mais personne ne connaissait la
chanson et peu vous connaissent.D'ailleurs je n'ai pas encore trouvé votre dernier CD à acheter.communication le maitre mot....bon concert pour vos 20 ans moi je bosse...mais en musique!