Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Du Nouveau

Publié le par Red Cardell

Nous sommes donc aujourd’hui un trio à quatre avec l’arrivée de Mathieu à l’harmonica. Cela nous ramène vraiment beaucoup de fraicheur, et donne une couleur bluesy déjà présente dans notre musique. Comme il pilote également  des effets, joue des percussions dont du Washboard (planche à laver) cela redonne une nouvelle jeunesse à d’anciens morceaux que nous avons envie de rejouer.

221335_1888180045627_1275211754_32312016_3152420_o.jpg

Mathieu Péquériau

Nous avons rencontré Mathieu originaire de Poitiers par l’intermédiaire de Manu. Ils jouent régulièrement ensemble sur différents projets, dont un, rare, mais qui connaît un gros succès dans la ville de Niort, voire le canton exceptionnellement le « Constantin groove Gang ». Mathieu joue depuis 15 ans avec Laurent Girard, "L'Oranger" (ex Sweet Mama,Bonana), et participé à des projets avec Pierre Souchon ou Ben Ricour par exemple. Nous allons pendant le mois de mai commencer l’enregistrement du nouvel album et prévoyons la sortie au mois de juin d’un trois titres avec une nouveauté, une reprise de notre répertoire et une reprise tout court... 

 

40X60-EXE.jpg

Un nouveau visuel pour l'été

Il  nous semble opportun de sortir quelque chose avec notre nouvelle signature sonore. D’autant plus que l’été s’annonce vraiment bien pour le groupe, de beaux festivals en plein air sont programmés. Nous allons partager la scène avec pas mal de groupes sympas sur de beaux plateaux, s’il faut en retenir un, et c’est pour nous une grande joie, ce sera le 18 Août avec les Levellers, un groupe que nous suivons depuis les débuts de Penfleps, ça fait un bail.

 

Je vais animer pour la première fois des ateliers d’écriture en mai à Niort, dans le cadre du concert prévu en juillet aux jeudis.  C’est une expérience dont je vous reparlerai.

Comme nous avançons inexorablement vers nos vingt ans,  nous réfléchissons à la meilleure manière de fêter cet évènement.  Pour les quinze ans avec le banquet, cela a duré trois ans… Nous avons une proposition de livre,  qui nous semble plus appropriée cette fois-ci pour marquer le coup. Nous avons en archives pas mal de documents, presse, affiches, badges, tickets concerts, photos etc… Nous sommes néanmoins à la recherche de matière supplémentaire si vous en possédez ayant un rapport avec Cardell, ce serait sympathique de nous faire parvenir un scan par mail à inforedcardell@yahoo.fr.

176047_1834208944269_1511794597_31924600_6718776_o.jpg

Un flyer de concert par exemple...

Pour les textes nous allons demander à une douzaine de personnes, journalistes, professionnels, spectateurs etc … d’écrire sur le groupe à partir de la musique et des paroles, d’une anecdote, d’un souvenir, d’une réflexion, ou sur tout autre sujet  lié à notre parcours. Nous voulons faire un truc « en vrac » avec beaucoup d’images, chaque chapitre correspondant à un texte. Sa sortie est prévue en octobre 2012,  celle du nouvel album au printemps, nous allons donc être bien occupé à partir d’aujourd’hui, d’autant plus qu’un projet avec le Bagad Quimper est prévu pour la fin de cette année…

A Bientôt

 

 

Voir les commentaires

Surf

Publié le par Red Cardell

La vague celtique est de retour… 

C’est à ma connaissance la première fois qu’un disque de variété en est l’initiateur. Il est intéressant de constater que chaque mouvement précédent s’inscrivait dans des courants plus underground, Folk, Rock progressif, Techno, World, Rap. La reprise d’un répertoire vieux de 40 ans connaît un succès populaire qui semble surprendre pas mal de monde, en témoignent des articles flatteurs de la presse généraliste (Libé, Express, etc…) qui le situent dans ce contexte. Là où nous nous heurtons trop souvent aux préjugés : Mer, Vent, Rochers, Chouchen, légendes, lutins, la liste est bien longue, il semble aujourd’hui, que le fait de l’assumer ostensiblement soit bien reçu par le public et les médias.

Raccourci bien vu sur les algues vertes (pollution), la musique, il ne manque que Miss france...

Depuis le début des années 70, le succès d’Alan Stivell, son concept de « Citoyen du monde », avait proposé une alternative, une ouverture à l’autre plutôt qu’un renfermement sur soi. On pouvait enfin s’exprimer en dehors de tout dogme, idéologie,  ou image folklorique. Les années 80 en témoignent car elles furent en centre Bretagne une période de création et de travail en profondeur (Kornog, Gwerz…). Au début des années 90, les Transmusicales repèrent Denez Prigent, ce festival a toujours fait place aux groupes locaux, chapeau ! Penfleps, les Frères Morvan, Erik Marchand, Ar re Yaouank et d’autres sont à l’affiche. C’est un courant arrivé à maturité qui s ‘exprime. Dan ar Braz crée un « super groupe » pour le festival de Cornouaille avec des pointures de la scène internationale, son projet est longuement mûri, là aussi le succès est au rendez vous. On peut noter dans les années qui suivirent les réussites discographiques de nombreux artistes de l’ouest : Matmatah, Merzhin,  Armens, Didier Squiban ou Manau

la-veuve-de-l-ile-de-sein.jpg

La veuve de l'île de sein, 1880. Emile Renouf - Musée des beaux arts de Quimper

Avec Cardell nous avons été témoin et acteur de toute cette période. J’ai le sentiment que ce retour au folklore de la fin du 19 eme est cyclique, préférer un tableau pompier représentant une veuve de l’île de sein avec son gosse devant une tombe, aux tableaux de Gauguin à Pont Aven révolutionnant  l’art est tout à fait normal. On note d’ailleurs un regain d’intérêt à tout ce qui est pompier depuis quelque temps (expo Gerôme à Orsay par exemple), question d’époque, de sociétal et de politique…

gauguin_sermon.jpg

Paul Gauguin, La Vision du Sermon ou La Lutte de Jacob avec l’Ange, 1888
© The National Gallery of Scotland, Edimbourg

Comme le pense pas mal de monde en ce moment, par ici, c’est une question de positionnement qui nous taraude…  Comment réussir à communiquer en se libérant de toute cette imagerie?  Comment se renouveler ?

Quand j’étais gamin, je passais mon temps avec les copains à jouer en bord de mer, on escaladait les falaises, on s’amusait  à défier les grosses vagues se fracassant sur les rochers les jours de tempêtes. Dans les années soixante dix nous n’aurions jamais pu imaginer que l’on pouvait faire du surf sur nos plages. Je ressens aujourd’hui une grande frustration de ne pas y avoir pensé…

Pourtant j’étais fan des Beach Boys.

beach-boys-get-around-copie-1.jpg

Voir les commentaires

Dans le texte

Publié le par Red Cardell

On repart donc sur la route ce week-end, cela va nous faire drôle après quelques semaines de repos. Repos ? Pas vraiment non plus, car nous commençons à travailler des idées, des rythmes, des textes, de quoi trouver un bon départ à notre prochaine histoire. Nous en avons déjà discuté entre nous et souhaiterions donner au prochain album une couleur très proche du live. Pour cela, nous nous donnons comme sorte de dogme à la Danoise, de jouer chacun une seule partie d’instruments par titre. Depuis les premiers enregistrements nous aimons pouvoir ajouter différentes lignes d’instruments, jouer avec les lignes harmoniques et mélodiques en donnant des couleurs de sons variées. Nous sommes hélas, lorsque nous devons jouer en live, confronté au problème du choix de la principale, et avons souvent à réarranger les titres pour la scène. Ce n’est pas un problème en soi, mais nous trouvons que cela serait original justement de produire un truc très minimaliste, ou le son serait basé sur la respiration entre les mouvements pour mettre en valeur les motifs mélodiques et rythmiques, ainsi que donner un espace plus large à la voix et donc aux textes. 

Red-Cardell-photo-Pascal-Pernnec-repe_201026.jpg

En répétition à Locronan (Photo P. Perennec)

Lorsque j’écris ceux-ci, je n’ai pas vraiment de règle. Par exemple les textes de « Trois » furent écrits avant la musique, en très peu de temps, mais de manière générale j’aime quand même avoir un bout de musique pour commencer l’écriture. Au début du groupe je chantais en anglais, puis avec le temps et les encouragements des copains, j’ai commencé le français que j’ai adopté maintenant depuis plus de quinze ans. A l’époque ce n’était pas vraiment bien vu de chanter en Anglais, je me justifiais en pensant que nous étions musicalement plus proches des écossais et des irlandais que du Rock hexagonal, voire plus proche tout court… C’était une autre époque, j’étais un brin idéaliste et utopiste beaucoup !

cdcqabws

G-L-O-R-I-A, Baby please don't go

 Lorsque j’ai commencé à écrire en Français, je l’ai fait sans méthodes étant plutôt inspiré de poètes que de chansonniers, Verlaine, Baudelaire, Corbière, Maïkovski par exemple tout en adorant les deux voisins Vian et Prévert et Léo Ferré bien sûr. Comme nous jouons du rock assez puissant , le placement de la voix comporte souvent des difficultés rendant la compréhension difficile pour le public, nous avons donc cherché dans des titres plus calmes à mieux comprendre le mécanisme. En particulier sur « Rock ‘n Roll Comédie », où nous avons opéré un virage assez serré en effet par rapport à nos débuts. Cet album a même été taxé de variét par les potes de la Férarock à l’époque. Cela nous avait fait mal, surtout pour un groupe indé qui se tapait une vie de bitume dans un camion pourri, nous trouvions la critique injuste. D’autres ont apprécié justement ce changement de rythme, et nous ont conforté dans cette nouvelle direction. Pour «Naître », comme nous travaillions au Théâtre de Cornouaille à Quimper dans le cadre d’une résidence, j’ai écrit mes textes sur place, comme une « commande », j’y suis parvenu, car cela me plaisait de bosser dans l’atelier au quatrième étage du bâtiment. Je le faisais pendant les répés, j’essayais de suite ce que j’écrivais. Là je viens d’écrire deux textes qui semblent coller, j’attends maintenant que nous appliquions notre nouvelle méthode. Nous venons d’enregistrer avec Manu à l’émission d’Hélène Hazéra « Chanson Boum » sur France Culture, elle sera diffusée le 13 mars prochain. Jean Michel n’étant pas dispo, j’ai chanté 3 titres en live avec guitare et percu, c’était très intéressant comme expérience car le texte était vraiment essentiel, la voix prenant alors une autre dimension. J’ai l’habitude de tester souvent les nouvelles chansons devant les potes dans la cuisine, mais là c’était une des rares fois où je me trouvais sans l’accompagnement et les mélodies de jean Michel. J’ai eu bien le trac, mais cela m’a fait du bien, et mis vraiment en confiance. En tout cas souvent d’une mise en « danger » naissent les idées.

Bon sinon, je viens de me lancer dans le montage vidéo amateur, ça me plait je crois que je vais m’intéresser à ça, je vous joins donc l’œuvre.

Si vous êtes du coté de Langan ce Week-end vous êtes les bienvenus au Trousse Chemise.

A Bientôt

 

 

Voir les commentaires

Tifs

Publié le par Red Cardell

France Bleu Breiz Izel diffuse samedi 25 décembre à 18 h un concert enregistré à Quimper le 26 novembre dernier. Nous sommes beaucoup soutenus par cette radio depuis nos débuts, j’ai eu envie de parler de diffusion, et donner quelques points de vue en vrac sur notre parcours, d’autant plus que la rébellion des coiffeurs ainsi que les « généreux émoluments » comme disait Gainsbourg des dirigeants des sociétés de droits font l’actualité.

Le groupe existe depuis maintenant plus de dix huit ans. Lorsque j’ai commencé à jouer de la musique, en 1986, la Bretagne était une région où il était assez facile de se produire. De nombreux cafés concerts ont vu le jour à l’aube des années 80, dans la foulée du succès des Stivell, Servat , Tri Yann, du festival Elixir ou des Transmusicales.  Le rock était quand même l’enfant pauvre de la culture en France.  Les groupes ne passaient pas à la radio, encore moins à la télé, squattée par des artistes de variété. Le changement de pouvoir en 81 va beaucoup faire changer les choses, en particulier au niveau des radios libres. Il y’a tout d’un coup un nouvel espace qui se crée pour les musiciens. De nombreux groupes parviennent à jouer dans des bars. Ils y rencontrent un public qui les suit. De petites assos commencent à monter des concerts dans des salles car ces groupes font du monde, et ainsi se tisse une toile, se créent des réseaux. Je mes souviens de tous les groupes Rock alternatifs, Garçons bouchers, Hot Pans, OTH, Sheriff, Beru, Parabellum, LSD etc… Ils ouvraient une voie, tentaient d’organiser un gros bordel, en créant des labels, des circuits de distribution. C’était une période où les musiciens apprenaient à se débrouiller, défendaient leur indépendance. Nous nous sommes beaucoup inspirés de cette philosophie lorsque nous avons commencé Cardell en1992.

IMG-copie-2.jpg

La Mano et Noir Désir étaient déjà de grands groupes, le système avait intégré ces différences. Nous jouions donc énormément, et arrivions sans grosse promo ni médias à vendre 15 000 CD. La reconnaissance de tous ces artistes a abouti naturellement à une réappropriation du mouvement par l’institution avec la naissance des  labels du ministère de la culture (cafés-concerts, scènes de musique actuelle.), et par les Majors qui signèrent les artistes en vue, et embauchèrent à des postes importants des acteurs du courant Rock alternatif Français. Par la suite on a vu beaucoup de lieux fermer pour des problèmes de bruit, des normes ont été imposées. De gros festivals sont nés de la dynamique citée plus haut, mais ont eux-mêmes très vite connu la nécessité d’adapter leur programmation à l’air du temps, aux grosses têtes d’affiches très médiatisées, les cachets ont explosé contraignant les programmateurs à changer de ligne éditoriale. Les Vieilles Charrues en sont un bon exemple, à leur début l’affiche mélangeait stars et inconnus issus de la scène Rock Française de cafés concerts, et même locale. Cette recette originale a connu un tel succès qu’elle a eu aussi son effet boomerang en imposant par la suite une reconnaissance tout autant médiatique et économique, qu’artistique.

Les radios libres se sont pour la plupart retrouvées récupérées par des réseaux commerciaux avec un nombre de titres limités diffusés, les diffuseurs institutionnels ont joué la carte des parrainages et réduit ainsi leur offre de nouveautés. Je me souviens d’une stat de la Sacem indiquant que le nombre de titres diffusés entre 2002 et 2006 fut réduit de moitié. C’est énorme et démontre bien que l’offre ayant diminué, la demande fait de même puisque la masse ne découvre que très peu de nouveaux artistes. Red Cardell a toujours été soutenu par les radios locales de Radio France en Bretagne. A leur début tout ce réseau national bénéficiait d’une très grande liberté de programmation. Les animateurs en restaient maîtres. Tout a changé aujourd’hui. Bleu Breiz Izel et Armorique gardent encore un espace de liberté imposé par le fait que la production discographique en Bretagne est la plus grande en France. Leur cahier des charges impose en effet de diffuser la production locale, beaucoup d’artistes comme nous bénéficient de ce soutien, c’est une chance, car lorsque nous jouons ailleurs en France, notre musique n’est que rarement diffusée sur le réseau France Bleu ou alors sur de tous petits créneaux, pour des raisons de programmation musicale nationale. Il serait très judicieux de penser à cela, car c’est quand même une mission de service public que d’annoncer un spectacle, et de faire découvrir un artiste. Non ? Il est reconnu que le travail de France Bleu Breiz Izel et France Bleu Armorique participe à cette réussite du « modèle musical breton », tant dans le soutien apporté aux artistes, qu’aux festivals, clubs et différents acteurs de la filière. Leur soutien ainsi que celui de la presse régionale, Le Télégramme, Ouest France ou la Liberté du Morbihan (notre première une ! Merci Pierre) nous a ouvert beaucoup de portes, et donné de la confiance surtout dans les moments difficiles.

IMG_0002.jpg

Le Kergonfort Café-concert, passage obligé des années Rock alterno!

Les radios associatives existantes encore aujourd’hui offrent, elles,  par contre, une programmation musicale vraiment originale, mais elles souffrent d’une visibilité réduite, d’un intérêt moins grand qu’à leur début. Subventionnées pour la plupart, et donc soumise à des normes institutionnelles précises,  bénéficiant de peux de moyens de promotions, il manque, j’ai l’impression, l’insolence  ou l’originalité qui les caractérisaient du temps des radios pirates. D’autant plus étonnant qu’aujourd’hui, avec l’informatique, les moyens de production radios sont bien moins coûteux et de bonne qualité.  On est un peu revenu au temps des années 70 avec la Télé omnipotente et ses émissions de variété qui invitent toujours les mêmes chanteurs ou humoristes, chantons « le loup le renard et la belette » Cool ! J . Le tuyau est encore plus réduit, malgré tout ce que l’on veut nous faire avaler comme couleuvre en particulier, Internet et le téléchargement.

Ce moyen de communication a pour nous groupe de rock indépendant réduit tous les frais d’envois postaux, de photocopie par exemple. Nous pouvons  diffuser et envoyer du son de l’image, trouver une masse d’infos,  communiquer, mais en même temps, en tant qu’internaute et créateur, nous sentons l’enjeu commercial qu’il représente. Oui cela a réduit le volume d’albums vendus de moitié pour un groupe comme le notre en quinze ans avec bien moins de visibilité qu’aujourd’hui. Donc si nous raisonnons en tant que commerçant qui investit dans la production, et cela à un coût important, nous pouvons nous plaindre. En tant que créateur, néanmoins l’on s’interroge car tant de paramètres rentrent en compte comme la diffusion, le format, la maitrise  et/ou la transparence des systèmes de répartition de droits (auteurs, compositeurs, interprètes, producteurs).  C’est ce que révèle aujourd’hui le débat initié par la rébellion des coiffeurs refusant l’augmentation de la SPRE .  La question d’ Hadopi est en ce sens assez drôle,  il rejoint ce problème de la rémunération équitable des créateurs et l’utilisation dans un lieu public ou privé à des fins commerciales d’une œuvre. Il démontre les contradictions d’une industrie, basée d’abord sur le profit. L’édition en est la pierre angulaire, La Sacem est composée de sociétaires. Parmi eux la plupart des gros éditeurs sont des Majors. Ce sont eux qui ont défendu Hadopi, et qui, par le biais de la Sacem (si l’on analyse les dernières prises de positions et les critiques formulées au sujet de cette loi), croient possible d’envisager à terme la licence globale. Celle-ci utilisée dans le sens d’une redevance audiovisuelle perçue sur les abonnements de nos Fournisseurs d’Accès Internet, et dont les bénéfices seraient répartis pour moitié sur la production et création par les sociétés d’auteurs, d’interprètes, de producteurs, permettrait certainement de donner un sacré souffle à l’économie des arts en général. Tout cela est assez édifiant, et démontre le décalage entre industrie et création, car les artistes doivent pour émerger, intégrer une somme incroyable de compétences (petite parenthèse : une des raisons objectives qui explique les succès de « fils » et « fille de »). Ce phénomène crée des  résistances, et voit le milieu se refermer sur lui-même en décalage avec les réalités sociales d’une époque, qui par principe est LA source d’inspiration de création et d’invention dans quelque domaine que ce soit.

Red-Cardell_photo-pascal-perennec201035.jpg

En route pour 2011 !!! (Photo P. Perennec)

 

Voir les commentaires

La Guitare

Publié le par Red Cardell

Nous jouons au salon de la musique la semaine prochaine. Je suis guitariste, je vais donc vous parler de mon instrument. La première guitare tenue entre mes mains, vers l'âge de 8 ans,  me servit à asséner un coup de massue à mon grand frère. L'instrument se brisa et je fus privé de mes étrennes de Noël pour rembourser la réparation. Je commençais donc une carrière de musicien dans la douleur, mais compris très tôt, grâce à cette expérience, que le parcours de musicien pouvait ne pas être de tout repos... A l'époque j'étais plus attiré par la bombarde, enfin surtout une jolie sonneuse trégorroise qui jouait dans les Festou-Noz des environs de Lannion. J'ai pisté deux albums "cultes" : Le Live à L'olympia de Stivell, et le premier 30 cm des Diaouled ar Menez. J'étais vraiment à fond dans la musique bretonne mais, malheureusement, jouant seul je ne parvenais pas à progresser à la bombarde. Je commençais donc à "gratter" avec le "Penn Baz"du frangin, et je dois dire que cela me plaisait de plus en plus.

Lannion 1972IMGlannion.jpg

Le premier air dont je me souviens est le riff de "What I say" de Ray Charles. Ensuite comme j'aimais beaucoup le blues, je me plongeais dans les albums de Sonny Terry et Brownie Mc Gee, Lonnie Johnson, Big Joe Williams, John Lee hooker, Muddy Waters etc... Un de mes frères, celui à qui appartenait l'instrument, pas mon sparring partner, jouait très bien, d'ailleurs les disques étaient les siens... Il avait fait l'acquisition d'une guitare électrique demi-caisse fabriquée en Italie. Comme il était en Fac, je lui "empruntait" l'instrument en semaine. Là je me plantais devant la glace de la penderie des parents, et Hop! Terminé! j'ai tout de suite compris ce que je devais faire : Rocker!!!. Mais le parcours fut quand même bien long avant d'avoir mon premier instrument. Ce n'était pas facile de jouer à la maison, car la fibre mélomane de mon père variait en fonction de mes résultats scolaires. A l'adolescence je comptais donc sur mes potes pour pouvoir jouer avec de bons instruments. A mes 18 ans ma mère eut droit à un rappel d'une alloc oubliée et mes parents me proposèrent de m'acheter un instrument. Mon choix se portait sur une Applause, sous marque d'ovation mais avec un manche en aluminium. J'ai adoré cette guitare que j'ai perdue... Ensuite voila, j'ai rencontré des musiciens, puis fait des groupes et splitté et refait des groupes et re-splitté, jusque Cardell.

 

Hove.jpg Hove 1984.

On m'a volé une guitare le jour de la séparation de Penfleps à Guipavas, une autre dans le bateau de mon frère, oui celui du début de l'histoire, dans mon coffre de voiture aussi, mais je les ai retrouvées, une dans un champ de maïs et l'autre dans une moissonneuse batteuse (moins drôle). Ma première guitare électrique fut une Aria-Pro2 avec le manche fêlée achetée d'occasion à Rennes, elle avait de très bons micros, j'ai longtemps joué avec, puis comme Penfleps marchait plutot pas mal, j'ai acheté une Fender Stratocaster, une électro-acoustique Takamine. Je jouais ensuite sur James Trussard Steel devil puis Martin en acoustique. J'avais par-contre conservé la demi-caisse de mon enfance, j'en joue sur l'album "Rouge". Comme je jouais de plus en plus d'électro acoustique et que nous cherchions à améliorer la qualité du son, je me suis tourné  vers l'APX 10 Yamaha (Folk et nylon), un fantastique instrument avec un super système de pré-ampli micro. Cette guitare reste encore aujourd'hui ma référence en electro-acoustique. Nous entretenons d'excellentes relations avec l'équipe de yamaha musique France. J'ai beaucoup joué également avec SG 2000, ainsi que la série AES 620, ce sont de très bonnes guitares électriques. Depuis 2007 je joue sur Silent guitar, car cette guitare offre beaucoup de possibilités et d'avantages. J'utilise un ampli de guitare électrique, ce qui me fait un retour sur scène et me permet de jouer avec un son de distortion, car la guitare étant vide il y'a moins de risques de Larsen.

Breal sur Monfort 2009P.jpg

Bon, je ne vais pas vous embêter plus longtemps avec toutes ces considérations techniques. Mes guitaristes favoris sont Nile Rodgers et David Byrne, j'ai beaucoup travaillé les rythmiques rythm'n blues, j'aime ce style de musique. Ma référence tous genres confondus reste aujourd'hui encore Rory Gallagher, quel concert à la salle Omnisport de Quimper, pour aller au lycée le lendemain des étoiles plein la tête :"Last of independants" et"Bullfrog blues" d'anthologie. Il y'a deux ans j'ai réalisé un rêve de gosse en jouant avec Cardell juste derrière Johnny Winter à Ingelmunster en Belgique. Je me voyais devant la glace de la penderie de mes parents en l'écoutant jouer merveilleusement et seul "Sweet papa John". Il y'a en Bretagne de nombreux très bons guitaristes, j'ai la chance de partager la scène avec la plupart d'entre eux, Dan ar Braz bien sûr qui nous fait le plaisir de jouer avec Cardell très régulièrement, mais aussi jacques Pellen qui officiait dans mon premier groupe, Karroth Rapée, avec qui nous avions créé un de mes meilleurs souvenirs de combo: Electric Arsenal, tous les excellents boeufs avec Jean Charles Guichen, Pat O May, Patrice Marzin, les concerts avec Soig Siberil et Pierre Sangra. Je me souviens aussi d'une version de "Johnny be good" avec Louis Winsberg lors d'un Boeuf à coatélan. Mine de rien avec cet instrument il peut s'en passer des choses et des rencontres. A Bon entendeur! Salut!

Voir les commentaires

L'été des festivals

Publié le par Red Cardell

La période estivale est pour nous musiciens, celle des festivals en plein air, open air en anglais. Nous avons beaucoup de souvenirs se rapportant à ces évènements. En 1996 nous enchainions Eurockéennes et Vieilles Charrues, le camion était rempli de boue  lorsque nous arrivâmes à Carhaix après avoir roulé toute la nuit.  Le festival de Belfort a cette particularité que leur région n’a rien à envier à la notre coté précipitations. On se souvient de notre pote Bébert devant gérer les camions frigos glissants dans le lac de Malsaucy, ou les désirs de vedettes ne souhaitant pas marcher dans la boue.La dernière aux charrues remonte à 1998 (la première à Kerampuil), nous avons eu la chance de Croiser Charles Trénet, pas content des balances mais qui avait chanté « Je t’attendrai à la porte du garage » donc : définitivement pardonné. Nous jouions vers 3 h du matin et malgré cela, un super public, estimé à 40 000 personnes. Nous avons eu des affluences semblables lors des festivals en Ukraine : impressionnant !

 

photo2006-1-1.jpg

 

Là ce sont les beaux et gros festivals, bien médiatisés, comme les Francos en 1998, le Bout du Monde et Kraina Mryi à Kiev en 2005 ou l’interceltique  et les festival du roi Arthur (un de nos plus beaux concerts) en 2009. Puis il y’a aussi de nombreux petits festivals, ceux où tu joues à 4 h du matin rincé après des heures d’attente et de route, mais aussi ceux où tout se passe dans une grande sérénité quand le temps s’y prête et que le lieu t’inspire.

 

Par exemple le festival de l'ilophone à Ouessant sur une île, trop bien!!!

66.JPG.jpeg

Lors de notre premier voyage en Ukraine, nous jouions dans les Carpates à Shéshori, sur le terrain de foot du village.  Une scène assez sommaire en bois, un bon matériel de diffusion, plus de 10 000 personnes dans l’assistance un beau spectacle très tard dans la nuit, et les couronnes de fleurs qui nous étaient jetées sur scène. Un compliment…

 

DSC_9757.JPG

 

On demande souvent aux musiciens ce qu’ils préfèrent, un petit lieu ou une grande scène. En fin de compte il y’a peu de différences, dans les deux cas tu recherches surtout un son. Dans un caf-conç, cela demande moins de matériel et nous pouvons obtenir avec deux petites enceintes un très beau compromis. Sur un grand plateau, ce qui fait la différence c’est la compétence et l’état de fatigue de l’équipe technique. Je me souviens de leurs conditions de boulot dans certains lieux, les gars ne dormaient pas et bossaient comme des cinglés 24 h durant. Cela a bien changé et tant mieux. Nous aimons par exemple ne pas faire de balance. Garder l’énergie pour le concert. Le festival des Artzimutés fin juin en est un très bon exemple. Une équipe au Top, 30mn d’installation, de son et ça joue !!! Dans le même style un beau souvenir au festival du chant de marins de Paimpol en 2005. Tu entends un premier son de grosse caisse et ça fait « boum » !

Une ancienne photo d'un de passage au festival de Hortensias en 1992...

IMG-copie-1.jpg

Nous allons jouer dans de nombreux festivals cet été avec pas mal d’invités d’ailleurs.La section de cuivres bien sur, mais aussi Dave Pegg de Fairport Convention, Dan Ar Braz, Gérard Blanchard, les Guichen, Thierry Runarvot de l’ensemble Mathéus, Jimme O’ Neill. De beaux moments à partager, les scènes en plein air s’y prêtent vraiment bien.

 

A Bientôt

 

Voir les commentaires

Des nouvelles du soleil

Publié le par Red Cardell

Nous reprenons la route ce Week-end, c’est le moment de faire un premier bilan de ces premières semaines depuis la sortie de l’album. Nous avons eu la joie de jouer un grand nombre de dates avec la section de cuivre, cela nous a permis de concrétiser cette envie de donner à notre musique une couleur encore différente des différentes expériences que nous menons depuis 2005 et  l’album « Naître ».  Le premier concert de la tournée fut donné à Lorient au manège, nous avons joué un set entier avec les Frères Guichen avec qui nous travaillons un répertoire depuis mars, cela nous donne de nombreuses idées pour la suite. Le lendemain correspondait à la première date cuivrée. Malheureusement à Loguivy, le ciel n’était pas de la partie, et nous avons joué en plein air sous avis de tempête, des conditions très difficiles donc mais où néanmoins le public s’est montré solidaire et courageux.  Merci !

Ensuite nous avons joué en région parisienne à Maurepas, puis le lendemain le Batofar à Paris, c’est une salle assez drôle, elle est à fond de cale, on sent un léger roulis,  les conditions techniques y sont très bonnes ce qui nous a permis de faire un beau concert.

RED-C-BATAFOR--13-.jpg

La semaine suivante nous sommes partis travailler 3 jours à pont L’abbé, nous avons pu travailler avec Ludo, l’éclairagiste du groupe depuis 2001, sur les lumières.  Pendant ce séjour nous avons joué à Concarneau pour le départ de la transat Lorient - Saint Barth avec Dan ar Braz. Son vieil ami du temps de Fairport Convention, Dave Pegg était Venu voir son pote et boire un verre, nous lui avons demandé si cela le branchait de venir faire le bœuf, l’ami José lui a trouvé une basse et un ampli, et le soir nous avons pris un très grand plaisir à tel point qu’il répond à l’invitation de jouer avec nous le 25 juillet prochain sur la scène des Fêtes Maritimes de Douarnenez.

http://www.fairportconvention.com/general_news.php#news2

Le concert de Pont L’abbé fut lui un super moment de convivialité à l’image de l’accueil reçu pendant cette semaine,  nous avions beaucoup répété, changé des trucs ici ou là et nous sentions très détendus sur scène. Merci à Mathieu et toute son équipe.

La semaine suivante nous avons joué au Vauban,  la salle était pleine, c’est un lieu où il se passe toujours quelque chose, il y’a une ambiance à plusieurs moments du concert, c’est très étrange. Les cuivres étaient ravis de jouer dans ce lieu de mémoire.

IMG_1530-1.jpg

Le lendemain, assez fatigué, vous le comprendrez… Nous savons pris la route pour Monts, un super public nous y attendait, il nous a gonflé de son énergie, super, car le soir nous reprenions la route.

Depuis nous avons joué à Vannes au plais des arts dans le cadre du grand prix du disque produit en Bretagne, et à l’inauguration de la dalle aux Halles de Quimper avec Robert et les Citrons.

IMG.jpg 

Les concerts de l’été se mettent en place, pas mal d’invités sont prévus, dont deux  « nouveaux » : Dave Pegg donc, bassiste de Fairport Convention et de Jetthro Tull, ainsi qu’un vieux copain du temps de Penfleps, il était en effet bassiste du premier Line-up du groupe : Thierry Runarvot. Il est aujourd’hui contrebassiste au sein de L’Ensemble Matthéus et nous a proposé de venir sur une date avec nous cet été, nous avons choisi le Théâtre de Verdure d’Huelgoat où nous nous produisons le 5 août. C’est un lieu superbe dans la forêt, la scène est située sur une plateforme qui jouxte le magnifique chaos, nous étudions un plan de lumière particulier, une date que j’attends avec impatience. J’y avais donné un concert avec Youenn Gwernig en 1992.

L’ami Stéphane Mellino sera avec nous sur deux dates à Fouesnant le 9/07 et à Loon Plage le 25/07, date unique avec invités. Ce festival souhaitait nous programmer l’an dernier, nous avons accepté de remonter le plateau exceptionnellement. Seront présents : Dan, Gérard, jim et les Frères Guichen.

DSC_6484.jpg

Il y’a d’autres dates, beaucoup avec les cuivres comme indiqué sur l’agenda, ainsi que deux beaux festivals : Les Cornouaille à quimper le 22/07 ainsi que le Pont Du rock à Malestroit le 1/08.

Pour terminer ce petit point en cours de tournée, la date du 13/08 à Gourin, nous fêtons l’annif du jo’bar haut lieu de concerts en Cornouaille. Nous y avons joué souvent, je me souviens de la salle en préfabriqué, de son coté bien Rock’n roll. Entre les groupes il y’a aura le multi-instrumentiste, fanfare à lui tout seul Rémy Bricka. Il a également traversé l’Atlantique sur des Skis !!! si,si.

Sur ce concert ainsi qu’à Malestroit, nous partagerons le plateau avec Merzhin et Plantec.

Je vous tiens au courant des projets en cours, pour l’instant nous prenons beaucoup de plaisir à jouer les nouveaux titres, cela redonne de la fraicheur au set.

A très bientôt

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Comme une pierre qui roule

Publié le par Red Cardell

Je sais que je ne suis pas très prolifique sur le blog, néanmoins j'ai comme excuse d'être bien occupé avec la sortie de l'album. Nous y voila, enfin! Pour marquer le coup, nous avons donné, le même jour, deux mini-concerts dans les bars de quimper, cela nous a permis de jouer les nouveaux titres dans l'ambiance caf-conç que nous connaissons bien pour avoir sévi tant de fois dans ces lieux si propices à notre musique, où l'on peut mêler titres "festifs" et intimes.

pr

 

C'est notre école, nous nous y sentons vraiment à l'aise et apprécions d'en refaire encore de temps à autres quand l'occasion se présente. Quand nous avons commencé avec le groupe, nous avons souhaité jouer le plus possible. Les groupes de la vague Rock alternatif de l'époque nous semblaient des modèles dans leur manière de s'organiser. L'indépendance était alors le maître mot. Cela consistait à tenter de créer un îlot style Libertalia mais dans un vieux camion ayant bien du mal à supporter le poids du matos... Cela nous a nourri de sérieux moments d'humanité dans tous les sens du terme. Nous jouions dans les bistrots de France et de Navarre, beaucoup en Navarre d'ailleurs, les Pyrénées furent la première région visitée hors-Bretagne. nous avons roulé à donf pendant sept ans jusqu'en 99 et là c'est juste devenu un peu fatiguant, surtout physiquement.

 

 "Nous" 1997

 

Nous nous sommes mis à travailler différemment en roulant moins, mais plus loin, voire en volant. Depuis cinq ans nous voyageons beaucoup à l'étranger, les rencontres faites en Ukraine ou à New York nous ont vraiment rendu ce que nous pensions avoir donné depuis tout ce temps, artistiquement en tout cas elles se retrouvent dans nos deux derniers albums studio, "Naître" et "Soleil Blanc". Les thèmes de ce dernier sont en effet très influencés par le blues et la country. "Comme une pierre qui roule" est un hommage  à Dylan, Guthrie, seeger, Johnny Cash bien sur, ou encore le merveilleux guitariste Mike Bloomfield dont je conseille les disques solos, son art du picking y fait merveille, en mélangeant Négro-spirituals et Irish Music. Les lignes mélodiques et harmoniques prennent vraiment racine dans la musique Trad, nous y trouvons beaucoup de points communs. Je pense que cet album nous permet de poser des bases différentes des précédents en inscrivant le folk comme influence évidente de notre musique. Dans le texte, il y'a des références à Dylan  et son "Like a rolling stone", mais aussi une certaine nostalgie, un regard sur notre parcours, je sens bien ses images, nous prenons en tout cas beaucoup de plaisir à l'interpréter sur scène. Lorsque les cuivres sont avec nous, je m'imagine à la frontière mexicaine et le texte prend alors un autre sens, plus protest-song. Il y'a dans chaque chanson une lecture différente, j'aime ça! les critiques que je reçois sur ce titre concernent ma voix, beaucoup ne la reconnaissent pas, certains sont mêmes très désappointés, moi je m'y retrouve, c'est une prise "live", nous jouons tous les trois ensemble, c'est bien, j'aime ce coté de l'urgence, on a gardé cette prise et ce morceau reste mon préféré. Là nous jouons à Maurepas le 9 et paris le 10, deux concerts avec la section de cuivres.

 

 Comme.....

 

A Bientôt

Voir les commentaires

Jaz

Publié le par Red Cardell

La sortie de l'album approche, nous commençons à ressentir un petit trac...
Nous sommes quand même rassurés, de nombreuses dates sont au programme. Cela nous promet une belle année 2010.
Beaucoup de concerts sont prévus avec un section de cuivre, composée de deux trompettistes, Michel Delage et Laurent Agnès,
un Saxophoniste, Pascal Faidy et un trombone, Marc Antony. Ce sont quatre musiciens rencontrés par l'intermédiaire de Manu, originaires comme lui de la région Poitou-Charente, et avec qui nous avons déjà donné plusieurs concerts (Saint Jean De Maurienne, Festival Interceltique, Nuits de nacre à Tulle...).
Nous trouvons que le mélange Cardell/Cuivres est vraiment intéressant, car il souligne le coté festif de notre musique, mais apporte aussi une certaine rigueur dans notre jeu imposée par les arrangements de Michel Delage. Ceux-ci s'intègrent dans les chansons de façon très naturelle, restent dicrets pour respecter les mélodies et le chant. Lorsque nous envoyons toute la puissance, cela donne un vrai coté Big Band très grisant.
Je vais donc aujourd'hui, vous parler de la chanson "Si je cale, je coule"
Pour celle ci nous recherchions un gimmick rythmique très rapide, et avons développé une suite harmonique avec de nombreux accords, pour trouver une mélodie originale.

 maquette

J'avais une idée de texte liée à une anecdote contée par un couple d'amis marins.
Mouillant près de Guernesey, leur bateau se mit à chasser sur son ancre en pleine nuit suite à un coup de vent soudain.
réveillés par le grain, les deux équipiers se lèvent, montent sur le pont et aperçoivent à six brasses du bateau un énorme rocher.
Ils décident de lever l'ancre en catastrophe et de démarrer le moteur, il est impossible de mettre les voiles en si peu de temps.
Le moulin est un peu vieux et n'a pas tourné depuis longtemps. Il démarre, ouf!, le patron s'adresse à son équipier occupé à soulager le grappin et lui crie : "Là si on cale on coule."
Je note donc ça dans un coin, et le chante en répé. On se dit que ça colle bien, j'écris un texte en jouant sur les allitérations et les jeux de mots. Il conte l'angoisse des clandestins cherchant à fuir dans des embarcations de fortune. Quand on est issu d'un milieu rural, où beaucoup de nos anciens ont fui pour pouvoir échapper à la misère, se sont rendus dans les villes occuper des métiers souvent pénibles, ont connu les premières banlieues de Saint Denis ou autres au début du siècle dernier et nous ont inévitablement transmis cet héritage, on se rend compte que peu de choses ont changé...
En travaillant sur la chanson, nous avons ralenti le tempo et donné une couleur très jazz aux arrangements.
Dans les années d'entre deux guerres, les orchestres appelés Jaz, avec un seul Z étaient très répandus en Bretagne.
Le jaz ou jâse, c'est la grosse caisse de la batterie. Je dis Jaz car j'avais vu une vieille photo d'un groupe de mon village s'appelant le "Lapic Jaz band" du nom d'une impasse menant au ruisseau du même nom à Locquirec.
Ces orchestres jouaient dans les noces et animaient des bals où ils interprétaient des airs à la mode, mais aussi des gavottes et airs du pays.


jaz band
Le Richard CoÏc Jazz band au café de Bretagne à Quimper,
premier orchestre a enregistrer en 1936, une suite de gavotte
de l'Aven avec ce type de formation.
(Source : Musique Bretonne, éditions Chasse Marée/Ar Men)


Si la musique traditionnelle reste vivante, elle le doit bien sur à la transmission orale, au collectage sonore, mais aussi à tous ces croisements de musique, d'instruments de personnes qui ont su lui conserver sa dimension sociale. Dan ar Braz explique par exemple très bien, l'importance des bals Rock à la fin des années soixante et début des années soixante dix, leur coté formateur pour toute une génération de musiciens.
Je vous invite à écouter le travail de Roland Becker et Régis Huiban.
Jean Michel a donc composé une mélodie de gavotte dans l'esprit années 30. Nous explorons un genre musical qui trouve sa source sur les bords de l'Odet, c'est assez cocasse.

 Si je cale je coule (extrait)

A Bientôt
 

Voir les commentaires

La basse à deux cordes...

Publié le par Red Cardell

Comme je l’ai expliqué, nous avons répété beaucoup par mail sur ce nouvel album. On peut s’envoyer des fichiers MP3,  puis à l’aide d’un logiciel de son multipiste travailler chez soi ses propres parties instrumentales. Cette pratique a l’avantage de pouvoir bien prendre son temps et de revenir, après une bonne nuit par exemple, sur une idée et l’approfondir assez sereinement. Jean Michel a lui préféré ressortir la feuille de partition, le crayon à papier et la gomme, ce qui est je pense la meilleure manière de travailler, mais comme je ne sais ni lire ni écrire la musique, je suis bien obligé de faire avec les moyens du bord.
Sur l’album « Douleur », je me souviens avoir utilisé un 4 pistes K7 et travaillé des idées d’arrangements, je vous laisse écouter la version de « Fantômes » avec deux guitares et « La fuite » à la bombarde.

 fantômes


 La Fuite

 

Pour soleil blanc, nous avions fait les maquettes de sept titres entre avril et juin à Ti Ar Vro quimper, il me fallait donc  mettre en maquette 5 titres à la maison. Je souhaitais  jouer de la mandoline, du banjo, et pourquoi pas de la basse. Je sais, il n’y a pas de bassiste dans le groupe, mais comme nous utilisons des clavinets , samples et autres synthés comme le TX7 Yamaha ( c’est un expandeur, une petite boite qui contient tous les sons du mythique Synthé DX7 du milieu des années 80) pour les  lignes de basses, je me disais que peut être la « couleur » d’une vraie guitare basse serait parfois plus  pertinente. J’ai à la maison un truc qui ressemble vaguement à une basse, enfin, à deux cordes,  je m’en suis donc servi pour travailler les titres au cas où… Comme cela m’amusait pas mal, et que j’allais assez vite sur les nouveaux morceaux, je me suis accordé quelques récréations dont je vais vous parler.

Le titre Oxo Cube, est une de mes premières compos, elle date de 84 à Londres et Brighton où nous étions parti avec un ami dans l’idée de former un groupe.  Quelques années plus tard, je le jouais dans les cafés concerts en Bretagne avec Karroth Rapée ( Si, Si…) C’est le riff qui nous a conduit, le batteur et moi à créer Penfleps,, et donner l’idée de mélanger punk et gavotte. J’ai donc eu envie d’en faire un instrumental. En fait , mon micro chant est vraiment minable et je suis un piètre mixeur. Cela m’a permis aussi, de bien travailler le vibrato sur la guitare, je n’en ai pas trop l’habitude, et les solos. Même si j’en fais très peu, je préférais là aussi  améliorer le jeu  quelques semaines avant l’enregistrement pour étoffer le discours…

 

 oxo Cube

 

 Oxo Cube est un bouillon cube style Maggi, Je travaillais comme plongeur près de Victoria Station dans un Pub, les Français avaient la côte à ce poste là dans ce quartier d'ambassades... Je cuisinais aussi les beans et les chips, conseillé par un barman de Bradford avec un accent bien de chez lui qui se faisait un malin plaisir à me "chambrer" quand j'essayais de comprendre, en hurlant dans l'interphone au dessus du passe-plat. Je me rappelle écouter Prince et Two Tribes de Frankie Goes to Hollywwod, version longue.
Tous les jours en allant au boulot je passais devant l'immeuble des mines protégé par d'imposants services d'ordre, Thatcher était au pouvoir et ça castagnait avec les mineurs pendant les grandes grèves. Donc Maggie, Bouillon cube, oxo cube etc...
J'adorais le Dingwalls à Camden Town. il y avait de très bons groupes de Rythm'n Blues, je me souviens aussi des danseurs dans le public, en particulier un mouvement de pieds d'une personne adossée à un mur du club, qui reste pour moi la meilleure leçon de groove jamais reçue.

 

 Fri Reg

 

 

Pour la basse, je suis plus à l’aise avec un médiator, et comme je suis fan du « Mélody Nelson » de Gainsbourg, j’ai recherché ce son. Je m’en suis tenu aux  notes fondamentales, des pompes sur le temps. Ca nous faisait bien rigoler au studio, on avait donné au bassiste, le nom de Roger. J’ai beaucoup apprécié de jouer de cet instrument. Je me suis amusé sur cette maquette à partir là aussi d’un riff de Penfleps sur une mélodie d’Andro, toujours dans les cartons, que nous réutiliserons à l’avenir peut–être, qui sait…

 

 Hip hop

 

Pour terminer sur les solos de guitare, je vous fais écouter cette maquette inspirée, très inspirée par les "vieux" Jeff Beck , d’un titre composé avec un copain percussionniste Bruno, dans notre Trégor Finistérien à l’époque de « Sans Fard ». Voilà donc quelques moments de récréations en ligne, j’en prépare d’autres.

Ah Oui ! j’adore jouer du banjo.

A bientôt.

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 > >>