Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Choeur de ville

Publié le par Red Cardell

J’ai commencé depuis mi septembre un travail avec le Festival Tata, Théâtre à tout âge organisé par l ‘association Très Tôt Théâtre à Quimper.  Il concerne la clôture de celui-ci le 23 décembre à 18 h 08 sur la place Saint Corentin.  L’idée générale est un final réunissant une chorale constituée du plus grand nombre de chanteuses et chanteurs possibles, réunis autour de quelques invités.

  • 13.jpg

Le projet se nomme Chœur de ville, le répertoire est constitué de chansons composées par moi même, et de textes écrits dans des ateliers d’écritures. J’ai en effet animé pendant trois semaines ces ateliers, auxquels ont participé des associations du pays de Quimper, comme les centres de loisirs, des chorales, l’association des retraités, celle des paralysés de France, le local musique de Penhars, le conservatoire, etc…  Le Thème d’écriture choisi est « La ville ».  La méthode consiste à écrire une syllabe pour une note de musique sur les mélodies de couplets, ponts et refrains. Nous utilisons pour cela un « sac de mot », ou mots clés qui nous aident à trouver des vers, raconter une histoire.

12 titres ont été écrits par chacun des ateliers. Une des chansons a été retenue et sera reprise par tous les choristes le 23 décembre. Une fois ce travail terminé,  le responsable de la partie chorale, Bernard Kalonn, prend le relais et va travailler avec autant de groupes partants pour cette partie chorale. Chaque groupe apprendra donc deux chansons, la sienne, ainsi que celle choisie. Le spectacle sera donc constitué également d’extraits de la globalité du travail mené pendant l’écriture. Comme le thème est la ville, comme lieu de confluence, j’ai demandé à quelques invités de participer au projet,  comme les chanteuses Ukrainiennes de Gourtopravci, ou Louise Ebrel par exemple, chaque invité représentant un pôle géographique. Nous donnerons d’ailleurs un concert appelé Chœur de monde avec tous les invités le samedi 22 décembre au Terrain Blanc à Penhars. Un disque sera également enregistré fin novembre à quimper, interprété par les chorales et reprenant chacun des titres écrits, sa sortie est prévue pour le week-end du final. Comme vous le voyez, c’est un projet assez différent de ce que j’ai pu faire auparavant, en tout cas c’est le premier spectacle dont je m’occupe seul, en dehors du groupe. Une belle expérience dont je vous reparlerai.

A Bientôt 

Voir les commentaires

Like a rolling stone

Publié le par Red Cardell

Si ce blog existe, je le dois à notre ami Jean Théfaine qui vient de nous quitter. Nous l’avions invité à Rochefort en décembre 2009 pour venir écouter le mixage final de Soleil blanc.  Jean nous connaissait depuis Penfleps et suivait attentivement notre parcours. Il chroniquait régulièrement nos albums dans le magazine Chorus et nous donnait par ses mots une juste confiance en nos possibilités. Je partageais avec lui cette culture du folk rock et de la chanson française.

Lors de l’écoute de Comme une pierre qui roule, nous avions longuement parlé de Dylan et de son influence sur plusieurs générations. Il comprenait ce virage un peu plus folk de Red Cardell et le trouvait cohérent dans le parcours du groupe. Il m’avait convaincu de faire un blog pour donner des éclairages un peu décalés par rapport à la communication normale autour de nos différents projets, raconter par exemple la génèse d'un morceau, sa réalisation.

Photo-avec-Jean.jpg

Rochefort décembre 2009 Studio L'alhambra avec Stéphane Mellino

Lorsque nous jouions pas trop loin de chez lui, il ne manquait pas une occasion de venir nous  écouter, nous échangions alors de manière toujours très franche et sans concessions.  Nos discussions étaient aussi très drôles lorsqu’il nous racontait ses souvenirs de journaliste, d’interviews improbables et de soirée fraîche sauvée par un blouson de cuir qui connut son heure d’œuvre d’art à la rédaction de Ouest France.

Lors de notre séjour à New York, nous lui avions pendant le mixage, fait parvenir quelques titres de "Falling in love" qu'il s'empressa de chroniquer sur son blog.

En tout cas, nous avions partagé un beau moment d'émotion à Rochefort en écoutant Comme une pierre qui roule

Si je dois me donner une raison de vous croire, parcourir le monde

Quand Napoléon, ses hussards en haillons, cavaliers fantômes

en peinture sur la neige

 faire le siège de ces murs.

Comme une Pierre qui Roule.

Go to him now you can refuse

When you got nothing, you got not nothing to lose

You’re invisible now, you got no secrets to conceal

Just like a rolling stone

Voir les commentaires

playlist

Publié le par Red Cardell

un petit tour sur le web, une petite play list du jour

 

 

 

 

Voir les commentaires

Le Blues

Publié le par Red Cardell

Nous sommes ce week end à l'affiche d'un festival de blues. Cela me va bien, dans le sens où nous avons toujours introduit ce genre musical dans nos albums depuis le début. Ma référence dans le style, et le mélange Irish Blues reste Rory Gallagher bien sur, mais nous avons aussi  la chance de jouer régulierement avec Dan Ar braz qui qui est également un maître de ce style.

tumblr_l7xsb9SBD91qcjd69o1_500-copie-2.jpg

Impasse de L'Odet

 

Au delà de l'aspect purement technique, renversements d'accords, open tuning, etc... le blues est surtout une musique de l'instant ou de l'instinct au choix. Il est le résultat du croisement musical des deux continents, africain et européen sur le sol Américain. On peut le considérer comme l'ancêtre de la world Music car il nous reste aujourd'hui des documents filmés ou sonores en particulier grace au travail d'Alan Lomax, pionnier du collectage sonore à la différence de Luzel ou Hersart de la Villemarqué chez nous qui ne disposaient pas malheureusement du progrès technique du 20 eme siècle.


  • Collectage d'Alan Lomax

Au même titre que le répertoire traditionnel breton s'enrichissait de nouvelles mélodies venues de l'est de l'Europe au 18 eme siécle comme les polkas ou Mazurkas, d'instruments à vent comme la clarinette, certaines sources citent le nom "reel" comme appellation assez commune du blues aux origines du genre. Les colons Irlandais avaient en effet apporté au nouveau monde leur danses et mélodies. Peut être demandait on d'ailleurs aux musiciens esclaves d'interpréter ces airs lors de manifestations ou fêtes. Il y'a donc comme pour toute musique traditionnelle une évolution liée à sa transmission qui rejoint toujours le mode sociétal de l'époque. Cette évolution est liée au progrès, à la révolution industrielle. Elle se traduit par une forte migration vers les villes de la population noire. Chicago va devenir rapidement avec le développement des radios et de l'industrie du disque la plaque tournante du genre. L'apparition de la guitare électrique va transformer le blues, lui donner un son "urbain" annonçant toute la musique du vingtième siécle.


 

Muddy waters

Lorsque l'on est comme moi ado en 1977, toute la sono mondiale résonne de groupes revendiquant l'influence du Blues.

bluesbreakers_john_mayall_eric_clapton.jpeg

                      Je l'ai rayé... mais inusable

De Led Zeppelin aux Beatles en passant par les Stones, des groupes comme Talking heads, Télévision, brassent le genre, aujourd'hui jack White se revendique Bluesman, C2C en mixe. Autant on peut considérer des "vagues" celtiques, reggae, métal etc... autant le blues reste au centre du jeu et de l'évolution des musiques actuelles. Lorsque nous sommes allés mixer l'album à new York, il est marquant de voir la culture "blues" des ingés sons de Stadium red. Le blues est une composante essentielle du Hip Hop. la référence d'Ariel Borujow au son d'une guitare acoustique reste Robert Johnson. Sur le dernier titre de Falling in love, "Run", je fais un solo de douze cordes. Nous l'avons enregistré chez Manu et étions assez satisfaits de la prise de son respectant bien l'idée de production que nous souhaitions proche de références à Gilmour et au Floyd. Pour Ariel qui le découvrait sans indications, c'était "du Robert johnson". Nous étions bien surs d'accord :).

Nas

On compare souvent le Blues et la Gwerz, plainte chantée à capella en breton. Pour le Fest rock nous avons mélangé les deux genres sur le titre "Ar Sorcerez". On le retrouve sur l'album. Il est intéressant d'entendre que c'est un blues, en effet on retrouve les trois accords du blues et le nombre de mesures standard du style. Le mélange slide guitare et Couple, cornemuse-Bombarde sonne au naturel. Là également Ariel a souhaité ne rien rajouter comme effet au mixage. Tout est brut, ses références pour ce titre étant les derniers albums de Johnny cash produits par Rick rubin. Notre travail est souvent et forcément guidé par nos références et influences, mais nous cherchons  toujours la simplicité, car elle reflète le mieux une personnalité, et donne la meilleure preuve de sa sincérité. En cela le blues restera toujours comme la forme la plus aboutie pour exprimer ses sens, c'est un genre universel qui se conjugue sur tous les continents, qu'il sappelle, Gwerz, fado, flamenco etc... Il traduit le monde d'hier, d'aujourd'hui et de demain, ses thèmes sont universels parlent d'amour, de corps, de souffrance, du droit à la différence, de tolérance, de la vie quoi!

Dave Grusin and Diane Schurr

A Bientôt

 

Voir les commentaires

Harlem 125 eme rue

Publié le par Red Cardell

 Nous voici donc à new York pour quelques jours de mixage. En effet Ariel a commencé depuis déjà quelques semaines et nous sommes là pour terminer ensemble le boulot.

Nous sommes arrivés dimanche soir après 8 h de vol à l’aéroport JFK, en passant les contrôles nous avons compris que quelque chose d’assez important avait lieu ce soir là, les écrans de télévision diffusaient la finale du foot Américain, le super Bowl. Nous étions d’ailleurs conviés à une soirée « foot » par l’équipe du studio. Je n’ai toujours pas compris les règles, mais d’après nos hôtes c’était un très beau match.

De l’aéroport nous filons en taxi jaune (Yellow cab) vers la ville. Nous sommes hébergés dans Harlem, sur la 149 eme  Rue entre Broadway et Amsterdam, c’est assez facile de situer à New york car la ville est quadrillée en rue et avenue numérotées, elle nous semble famillière, on est dans un grand plan de cinéma de Scorcese ou Friedkin, le métro, les ponts, les maisons et leur escalier central, les sirènes des ambulances ou des voitures de Police. Enfin, je ne vais pas à mon tour faire mon « folkoloriste » « Nous, bretons, qui vidons nos litres de chouchenn dans une grande barrique emportée par la houle de l’océan et se fracassant sur les rochers couverts de bruyères etc, etc… En écoutant des K7 audios avec nos pulls en bois  aussi parfois   »

Depuis notre appartement, il nous faut dix minutes en Taxi pour rejoindre le studio. Il y’a deux types de taxi, les Yellow Cabs et les Blacks cab, pour ces derniers, on négocie le coût du transport. Manu connaissant bien NY maintenant, il a déjà réussi à gagner deux dollars par course en deux jours… Nous avons rencontré quelques chauffeurs  Guinéens et Haitiens avec qui c’est cool de discuter en Français.

Le studio est donc situé sur la 125 eme rue au pied de la station de métro.  En descendant, nous arrivons dans le spanish Harlem, en remontant à 300 m sur la droite se situe l’Apollo Theatre, lieu mythique de la soul et de lives d’Anthologie du Godfather James Brown. Dans ce quartier, tout respire le Jazz, le blues, les mélangesRED-CARDELL-STUDIO-2_9_2012-Harlem-47.jpg

125 eme rue Park Avenue

Le studio est un très beau lieu. Il y’a une belle pièce pour les prises de son, mais également des petites pièces où travaillent  les ingénieurs du son ou producteurs artistiques comme Ariel Borujow avec qui nous travaillons Just Blaze ou Tom Lazarus. Les projets vont du Classique au Hip Hop, on ne sent pas du tout d’à priori, ni de sectarisme chez eux. Leurs goûts musicaux sont très variés, la passion du son le demande. Nous sommes frappés par la jeunesse des personnes (la majorité sous les 30 ans nous confie Ariel qui avec ses 35 fait figure d’ancien de la bande) qui fréquentent le stadium red  studio. Il est en permanence occupé.  Artistiquement j’ai l’impression de me retrouver sur les deux premiers albums, où nous allions en Belgique pour trouver  LE  son actuel de l’époque. A la fin des années 80, les studios belges étaient réputés comme le berceau de ce que l’on appelait alors la techno, c’était un laboratoire. Enregistrer à ICP était un must. Ici je ressens aussi cette impression de volonté de faire sonner l’histoire, ils sont très ouverts à nos idées de production du son, et lorsqu’Ariel propose quelque chose c’est toujours bien vu. Il est très intéressé par la musique  Bretonne. Mixer un Bagad l’éclate complètement, il est très respectueux de la prise de son, s’est renseigné, a écouté et visionné sur le web pas mal de choses.

  RED-CARDELL-STUDIO-2_6_2012-Part-1-36.jpg

   Avec Ariel Borujow

Nos journées sont occupées jusque 9, 10 heures le soir. Nous ne bougeons pas de là, le soir nous sommes bien rincés et allons diner dans des restaurants du quartier. C’est un des moments de détente de la journée, après on file dormir, mais en prenant le temps de réécouter les mixs de la journée et d’en discuter, ce qui nous nous conduit à nous coucher vers Une heure du mat, on espère secrètement récupérer du décalage horaire, malheureusement , le lendemain vers 6h,7h30, nous sommes debouts  .

Nous avons terminé plus tôt jeudi soir et sommes allés nous balader sur Times Square, visiter grand central station et l’hôtel Marriot. Nous avons bien profité des ascenseurs collés aux parois et qui vous montent en quelques secondes au 48 eme étage et sa vue panoramique depuis le restaurant qui tourne… si si ! Il neigeait, et cela m’a fait penser à la chanson des pogues  Fairy tales of New York.

Grand-Central-2-23.jpg

 Grand Central Station

En rentrant dans le taxi nous avons bien rigolé avec un chauffeur de taxi du Burundi, avec qui nous avons parlé élections en France, son analyse est que « Sarkozy est un farceur ». Hier nous avons presque terminé le  mixage et sommes allés diner chez Philippe au Café Triskell dans le Queen, je vous en avais parlé sur le blog. Ses crêpes sont excellentes, nous étions accompagnés d’Ariel, Juliette et Ricardo du Studio, et avons eu le plaisir de revoir Alan et Charles de Bzh New York, Qui nous avaient invités en 2009. Merci à eux pour cette découverte de New York. Aujourd’hui nous finalisons le mixage, les derniers petits détails. Demain c’est emplettes et détente, cela va nous faire du bien.   Les photos sur le Blog et face Book sont de Capucine qui nous a suivi tous les jours depuis notre arrivée, on ramène donc quelques traces quand même et  surtout  l’album que nous souhaitions.      Le son est à la hauteur de nos attentes, et avons donc vraiment hâte de vous le faire découvrir.

A Bientôt

Voir les commentaires

Une nouvelle année

Publié le par Red Cardell

Une nouvelle année qui commence, le bon moment pour mettre en place les projets à venir.  Nous avons préparé cet automne le Fest-Rock avec le Bagad Kemper, et donc joué au pavillon les 17 et 18 décembre dernier. Ce fut pour nous un vrai bonheur, en effet nous avons ressenti sur scène une vraie osmose et partagé des moments rares. Un grand merci à Bernard Le Noach et toute l'équipe de Très tôt Théâtre  pour la bonne idée et leur soutien ainsi qu'au Bagad bien sur pour sa confiance. Quelques dates sont en préparation, car vous imaginez bien que nous avons beaucoup envie de continuer l'aventure...

extrait concert Fest Rock

D’autre part nous avons pour la première fois dans la vie du groupe participé à un projet de rue, avec la compagnie Dernière minute. Là aussi ce fut une belle rencontre humaine et artistique, échanger d’une autre manière, chercher à casser un peu la routine, enfin bref quelque chose de vraiment nouveau et riche en enseignements pour le futur.

Comme nous avions un projet de nouvel album pour 2012, nous étions sur quelques idées ça et là. Le projet Bagad nous a conduit à nous intéresser de près à cette nouvelle histoire...

Tout s’est accéléré début décembre, nous avons commencé avec Manu à s’échanger des fichiers musicaux sur le net. Chacun faisait ses prises de son chez soi, il mettait ça en forme. Nous prenions parfois lors des répés du son avec un simple enregistreur stéréo et retraitions tout à la maison. Cela permet d’aller vite dans la mise en place des structures. Nous définissions ainsi des parties musicales, chantées, les ponts et refrains en se soumettant nos idées. Même si le son est parfois très brut voir « limite » nous allons garder certaines prises dans l’album. Souvent parce qu’elles ont de la fraicheur, parfois aussi car le grain correspond vraiment au son recherché (la couleur de la prise avec par exemple une distortion non voulue au départ mais qui correspond très bien à l’effet recherché dans le mix). Nous avons ensuite refait en studio les prises de son d’instruments mais en très peu de jours, car tout était vraiment défini en amont.

Le Bagad sera présent sur six titres du CD, nous avions une session avec eux ce dernier week-end et allons tout terminer pour la fin du mois.

Il me reste personnellement quelques titres à chanter, j’en suis aux derniers détails dans l’écriture. Je ne vais pas vous dévoiler l’atmosphère qui s’en dégagera, car nous devons encore passer l’étape du mixage. Nous allons nous rendre à New York en février mixer dans un studio avec Ariel Borujow, que Manu a rencontré sur son projet solo "Don't forget my breakfast". Cet ingénieur du son a de nombreuses références : Fun Lovin Criminal, Black Eyed Peas, Puff Daddy.

Nous allons chercher sur ce disque du « son », notre postulat de départ est en effet de trouver le rapport entre groove et énergie afin de traduire le mieux possible le lien naturel entre l’impact sonore du groupe sur scène et le studio. Chaque prise est pensée comme une matière que nous laisserons ensuite aux mains du mixeur. Stéphan Kraemer sur « Douleur » avait su réaliser cette fusion. Je me rappelle avoir travaillé à l‘époque à la maison  sur un Fostex 4 pistes à K7 les maquettes de cet album, joué et rejoué mes parties afin de trouver le bon truc. Quand nous étions en studio, tout s’était mis en place dans les derniers jours, car chaque titre était pensé avec le son du groupe.

C’est une méthode comme une autre, que nous n’avons pas toujours pratiquée, mais nous étions un peu dans l’inconnu depuis quelques mois, elle nous permet de revenir aux bases Rock et World Music du groupe avec comme fil rouge la musique bretonne.

Voilà donc quelques petites infos sur le prochain opus du groupe.

Je vous souhaite une très bonne année 2012.

A bientôt

Voir les commentaires

Fest Rock

Publié le par Red Cardell

Nous travaillons depuis plusieurs mois sur le projet Fest- Rock avec le Bagad Quimper.

Nous jouerons en fin de semaine au pavillon de Penvillers à Quimper pour la clôture du Festival Théâtre A Tout Age. Très Tôt Théâtre avait sollicité l’an dernier le bagad pour un projet Rock, celui-ci a pensé à nous. C’est une vraie reconnaissance, vous l’imaginez bien, que d’être sollicité par cette formation emblématique de la musique Bretonne de ces dernières décennies.

       images.jpeg                              

Hervé le Meur en 1953 avec la Kevrenn Chlazik futur Bagad Kemper

                                       (Source keltiamusique.com)

C ‘est également pour nous l’occasion de saluer Jean Claude Paréja  président du festival  qui prend sa retraite cette année. Nous avons partagé avec lui bien des moments au tout début du groupe, il connaît très bien notre histoire depuis Penfleps et nous a toujours fait confiance et encouragé par une vision très personnelle  de notre parcours,  sans jugement, loin de tous les clichés « rock » d’un groupe en développement, nous comparant à juste titre comme une compagnie sur la route défendant un artistique, dont le projet se situe sur le long terme. D’abord saltimbanques…

  •   Illustration fest-rock

    Fest-Rock 17/12 20h30et 18/12 18h


En juin  dernier, nous nous sommes réunis afin de définir le répertoire. Le bagad a choisi six titres de Cardell, et autant du leur. Cela demande dés le départ un travail sur les tonalités car les pipes et bombardes sont en si bémol, ils peuvent jouer en si bémol majeur et mineur, Fa, mi bémol,  do mineur entre autres. Nous avons donc adapté nos tonalités aux leurs en montant ou descendant d’un ton ou d’un demi ton. Ce n’est pas trop dérangeant au niveau de la voix, ni des instruments. On peut trouver des combines, comme par exemple accorder sa guitare en mi bémol à la manière de nombreux bluesmen. Tout cela se fait donc au fil du temps et des répétitions. J’utilise également un capodastre afin de retrouver les mêmes positions d’accords que dans le titre original, ou alors je change ces positions et cela donne une couleur différente de la fraicheur à un titre comme Mescufurus par exemple.

Le penn-soner du bagad, que l’on traduit littéralement « sonneur en tête » qui veut dire chef d’orchestre, travaille ensuite sur les arrangements, car le bagad est composé de différents pupitres ; Pipes (Cornemuses), Bombardes, Caisse claires (Caisses claires écossaises que l’on retrouve dans les pipe band), et percussions composées de toms,  une grosse caisse, darbouka, shaker en tous genres, cajon etc…

Au sein du pupitre bombarde de nombreuses possibilités sont offertes également en fonction des instruments utilisés, ténor, alto…

Steven Bodenes aidé de Jean Louis Hénaff a donc fait un très gros travail d’arrangement sur nos titres.

Concernant le répertoire du bagad, nous avons cherché  à inclure du texte et des arrangements rythmiques et harmoniques du groupe.  Les contraintes imposées concernent surtout le thème, par exemple une gavotte ou un hanter dro. Nous devons comme dans le jazz, respecter la durée en nombre de mesures du thème lorsque nous incluons du texte ou une partie solo.  Comme ce sont des mélodies et des arrangements complexes, cela nous a permis d’aborder la musique traditionnelle sous un angle nouveau. Nous avons appris beaucoup de choses concernant les mouvements, leur interprétation.

La puissance dégagée par le bagad est très impressionnante, nous avons pu en juger dimanche dernier lors de la première répétition à Briec.

                       
  la répétition à Briec (Film et montage de Youenn Chapalain)

Lorsque l’on joue comme moi devant, au centre, on a le sentiment de surfer sur une vague de fou… c’est vraiment grisant. Je me rends compte sur la vidéo, que je dois chanter vraiment en puissance pour bien ressortir la voix, il faut que j’y pense car parfois c’est un peu faux .

Comme nous sommes une bonne cinquantaine sur le plateau, les répétitions nécessitent pas mal de discipline, Steven est vraiment bien pour diriger tout ça, même si le contexte est différent, je ressens la même implication que Michel Delage qui arrange les cuivres de Cardell depuis 3 ans maintenant. Pour un musicien autodidacte comme moi, c’est  passionnant d’apprendre auprès de musiciens de ce niveau, ça me remet en question sur mon approche de la musique, cela fait travailler l’humilité, l’écoute de l’autre, rassure aussi bien sur, et permet de se donner de nouvelles ambitions en matière de création.

Jean Michel doit provisoirement s’accorder quelques temps de repos, nous avons donc pour le spectacle sollicité un violoniste, Pierre Stéphan. Pierre travaille sur de nombreux projets allant du Jazz au trad en passant par le collectage sonore. 

Donc voilà, vivement le week-end prochain. Nous allons également participer à un spectacle de rue dimanche après midi dans les rues de Quimper avec la compagnie de la dernière minute. Une nouvelle expérience qui s'annonce assez originale et "déjantée" avec un char musical...

                            DownloadedFile.jpeg

                               Atelier écriture Collège Fontanes Niort mai 2011

En marge du spectacle, dans le cadre du festival, j’anime également un atelier d’écriture au collège Paul Langevin au Guilvinec. Nous écrivons un texte qui accompagnera un Horn Pipe, une marche. Le thème choisi est la fête. C’est une classe de troisième. Nous avons donc fait des groupes qui ont écrit un couplet, un « pont ». Pour cela je me présente avec une mélodie, sur laquelle la note correspondra à une syllabe. On définit donc des vers à 7, ou 6 syllabes pour le couplet et 6 pour le pont ou alors deux alexandrins.

J’avais déjà animé des ateliers d’écriture à Niort l’an dernier. C’est très enrichissant car la préparation, ainsi que la conduite de celui-ci, demande beaucoup de concentration et une vraie forme physique et mentale. En effet il ne faut pas lâcher un seul instant l’attention, motiver les élèves en chantant comme si tu étais sur scène, il n’ y a pas  de demi mesure… Je suis d’ailleurs revenu sur des idées un peu préconçues sur le métier d’enseignant en tant que parent d’élève moi même. 6 heures dans une journée, je peux vous dire que ça envoie de l’air et que cela fatigue … une bonne fatigue quand même.

C’est de plus une autre manière de travailler sa musique car elle impose de structurer une méthode,  de se donner une autre vision de ma propre manière d’aborder l’écriture d’une chanson. La chanson française est une source d’inspiration évidemment, mais il faut essayer de décomposer, retraduire les « dogmes », chercher par le son des mots du français d’autres repères.  La poésie est une voie, l’associer au groove d’un funk ou d’une gavotte un beau challenge. Le blues reste la base de la musique rock, c’est un chemin il y’en surement d’autres.

 

A Bientôt

Voir les commentaires

Boby

Publié le par Red Cardell


Voir les commentaires

Rory

Publié le par Red Cardell

Voir les commentaires

Sarabandes

Publié le par Red Cardell

Nous sommes à la recherche de documents sur le groupe afin de disposer d’une iconographie la plus fournie possible. Un ami éditeur quimpérois (Editions Palantines), nous a proposé de sortir un livre pour nos vingt ans en 2012. Nous allons donc à partir de septembre être bien occupés par cette ouvrage.

C’est en tout cas pour nous une belle manière de fêter cet évènement. Comme nous avions déjà enregistré le banquet de cristal pour nos quinze ans, un livre semble cette fois ci la bonne idée.

 

                                    red-cardell-001-1---lesnevenjpg.jpg

  Voici le genre de docs qui nous intéressent par exemple Merci Yann...

 

Nous avons également été contactés par le Bagad Quimper pour créer un spectacle dans le cadre du festival Très Tôt Théâtre les 17 et 18 décembre prochain au pavillon de Quimper, nous sommes donc vraiment ravis de pouvoir échanger musicalement avec un tel ensemble, et souhaitons vous le pensez bien, prolonger l’aventure sur les festivals de l’été prochain… En parlant de festivals l’été se passe très bien, nous avons même vu pas mal de pays depuis début juin, un vrai tour de France ! Un grand plaisir de jouer à Rouillac chez Joël Breton et son équipe de La Palène, nous nous sommes remémorés notre passage au Chainon manquant à la grange de Meslay en 94. Des sarabandes très Rock’n Roll de Minuit et demi à pratiquement trois heures du mat, puis à Niort dans le cadre des Jeudis Niortais en compagnie des cuivres, du Bagad du Moulin Vert et de Dave Pegg à la basse devant pas loin de 5000 personnes, sans oublier Carmaux, Najac, Annecy, Coray, Villers côtterets ou Plogonnec.

 

De beaux moments de scène où nous commençons à bien trouver nos marques à quatre. Pour donner une petite signature sonore à la nouvelle formule, nous allons sortir dans dix jours un trois titres promotionnel, disponible en téléchargement sur I-tunes et auprès de Keltia Musique. Nous vous en reparlerons bientôt. Nous faisons une petite pause puis à partir de mi-août il y’a un beau programme « Breton ». Entre temps nous allons travailler sur les projets de 2012. Je viens de récupérer les textes de chansons écrits par les élèves lors de l’atelier d’écriture animé à Niort en mai, je prépare sur mon blog un article avec le film de cette expérience vraiment très enrichissante.

 

Nous jouons à Callac mardi.

                                      callac.jpg

Pour l’anecdote, je me souviens d’un de mes concerts avec Karoth Rapée en 87 au festival Chihuahua, il y’a avait Chichuahua, Los Carayos, Parabellum, et Bad Milou’s (je ne suis plus sûr de l’orthographe…). Je me souviens d’une discussion animée entre ces différents groupes à table, dont certains membres sont devenus célèbres (très) aujourd’hui, sur le métier, l’indépendance et surtout la distribution qui était en ce temps là le nerf de la « guerre ». Je pense souvent à cet épisode, c’était une de mes premières rencontres avec le milieu professionnel et je fais souvent le rapprochement entre ce que j’entends sur internet, le téléchargement etc… et ce moment de vie. La diffusion reste encore pour un groupe indépendant un sacré casse tête, heureusement que la scène existe.

Nous avons joué au festival de la gare il y’a quelques années et avions fait le bœuf avec les Frères Morvan...

A Bientôt

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 > >>